Le Greenwashing

Le Greenwashing c’est quoi ?

Packagings aux couleurs vertes et naturelles, campagne marketing béton, slogan vertueux : le greenwashing infiltre notre société, séduit, et leurre les consommateurs… et ça marche ! Présent dans de nombreux domaines comme les cosmétiques, l’alimentation ou l’industrie textile, cette pratique marketing très répandue manipule le client et fait de l’ombre aux « vraies » marques green.

Le greenwashing, venant du mot « green » – vert – et du mot « brainwashing » qui signifie « lavage de cerveau », consiste à « verdir » l’image d’un produit ou d’une marque. Il est principalement orienté sur des pratiques pro-environnementales et des avantages du produit pour l’environnement, qui, en réalité n’existent pas. Le seul investissement qui a réellement été acté est celui de la publicité dite « verte » et non pas celui d’actions concrètes en faveur de l’environnement.

Du côté des cosmétiques…

Ce procédé est très fréquent dans l’industrie des cosmétiques. En effet, des composants polluants et synthétiques sont dissimulés sous un packaging décoré de plantes, de couleurs naturelles, avec un intitulé en qui on a confiance.

La tromperie passe par plusieurs astuces dont la plus connue, celle du « sans parabènes », écrit en grand sur l’emballage. Or si le produit ne contient pas ce conservateur, par quoi le parabène est-il remplacé ? Si c’est un conservateur naturel, qui ne sera pas un perturbateur endocrinien, parfait ! Si c’est une barbare molécule chimique de remplacement, tel que le MIT (méthylisothiazolinone), le produit est quand même à éviter 😉

greenwashing-cosmetiques-jules-et-jenn

… Et de la mode

greenwahsing-vetements-jules-et-jenn

Du côté de l’industrie textile, le greenwashing existe aussi. Prenons l’exemple d’H&M, qui propose à ses clients de retourner leurs vieux vêtements en magasin en échange d’un bon d’achat. Ce concept de recyclage pourrait être engageant seulement si la marque allait jusqu’au bout de sa pensée… Or, tous les vêtements collectés sur une année entière équivalent seulement à 1 journée de ventes de l’enseigne. Et la marque se garde bien de dire à ses clients qu’elle brûle près de 12 tonnes de vêtements neufs et invendus par an !
Un tel gaspillage trahit leur semblant d’éthique. Nous sommes donc loin des engagements « éthiques » criés par les enseignes dans leurs campagnes publicitaires.

greenwahsing-vetements-jules-et-jenn

Bref, il est très difficile de savoir démêler vrai du faux, notamment si on prend en compte le fait que, parfois, les ingrédients bio ou naturels vantés par les marques sont bel et bien présents, mais en quantité très réduite…

L’un des moyens de s’y retrouver est de faire confiance à des labels reconnus. L’autre option est de chercher des marques qui n’ont rien à cacher et qui opère en toute transparence, comme JULES & JENN !

Pour devenir plus aguerri sur le sujet, n’hésitez pas à aller voir le documentaire « L’illusion verte », qui vient de sortir en salles en France, et qui révèlent les coulisses du greenwashing !

Bande Annonce du documentaire "L'illusion verte" de Werner Boote, 2019

Partager